À propos d’un anévrysme géant de l’artère pulmonaire
Communication orale
Etablissements rattachés à ce résumé :
1) Maroc - Oujda - CHU Mohammed VI - Service de Chirurgie Thoracique
2) Maroc - Oujda - CHU Mohammed VI - Service de Chirurgie Thoracique
3) Maroc - Oujda - CHU Mohammed VI - Service de Chirurgie Thoracique
4) Maroc - Oujda - CHU Mohammed VI - Service de Chirurgie Thoracique
5) Maroc - Oujda - CHU Mohammed VI - Service de Chirurgie Thoracique
6) Maroc - Oujda - CHU Mohammed VI - Service de Chirurgie Thoracique

Auteur principal :
Machboua Alia


Co-auteurs :

Belarbi Adam1 / Hamraoui Salima1 / Zarrouki Sara1 (s.zarrouki4@gmail.com) / Marouf Rachid1 (medecin-12@hotmail.fr) / Alloubi Ihsan1 (ialloubi@yahoo.fr) /

Objectifs :

L’anévrysme de l’artère pulmonaire est une affection rare. Il est défini par un rapport de diamètre aortopulmonaire supérieur à 2 ou un diamètre du tronc de l’artère pulmonaire supérieur à 40 mm. Il peut être congénital ou acquis. Il est généralement secondaire à une cardiopathie génératrice d’hypertension artérielle pulmonaire, à une infection, à une vascularité type maladie de Behçet ou à un traumatisme. Nous rapportons l’observation d’un jeune adolescent présentant un anévrysme de l’artère pulmonaire dans le cadre d’une maladie de Behçet.

Matériel et méthodes

Il s’agit d’un jeune adolescent de 16 ans, ayant comme antécédents les notions d’ictère,  d’anémie et d’aphtose bipolaire depuis quelques mois, admis pour une hémoptysie et une toux évoluant depuis 4 mois dans un contexte de fièvre. L’examen clinique trouve des râles crépitants de l’hémichamp pulmonaire droit, la radiographie thoracique objective une opacité parahilaire droite. L’angioscanner thoracique décrit une masse vasculaire du lobe inférieur droit.

Résultats

Vu l’abondance d’hémoptysie et l’imminence d’une rupture, la prise en charge a consisté en une résection lobaire inférieure droite après contrôle de l’artère pulmonaire droite en intrascissurale. Les suites ont été favorables avec sortie à J5 postopératoire. La maladie de Behçet a pu être confirmée et un traitement de fond est instauré.

Conclusions

Les anévrysmes de l’artère pulmonaire demeurent une pathologie rare, souvent associés à une pathologie systémique telle la maladie de Behçet. Leur prise en charge est codifiée par le volume de l’anévrysme et l’existence de signes de prérupture, essentiellement une hémoptysie qui devra précipiter le traitement chirurgical chez ces patients.

Mots-clés :
Anévrysme (Aneurysm), Artères pulmonaires (Pulmonary arteries), Chirurgie (Surgery),