Complications d’accès vasculaire du TAVI transfémoral : huit ans d’expérience de la voie percutanée
Communication orale
Etablissements rattachés à ce résumé :
1) 75 - Paris - A.P.H.P.- Hôpital Bichat - Service de Chirurgie Vasculaire Thoracique et Transplantation Pulmonaire
2) 75 - Paris - A.P.H.P.- Hôpital Bichat - Service de Cardiologie Interventionnelle

Auteur principal :
Ben Abdallah Iannis


Co-auteurs :

Bezard Charlotte1 / Marina Urena2 / Sutter Willy1 (willy.sutter@gmail.com) / Pellenc Quentin1 (quentin.pellenc@aphp.fr) / Cerceau Pierre1 () / Nguyen Thuy-Hong2 (dominique.himbert@aphp.fr) / Castier Yves1 (yves.castier@aphp.fr) / Mordant Pierre1 (p.mordant@sfctcv.org) / Imbert Dominique2 (dominique.himbert@aphp.fr) /

Objectifs :

Malgré la généralisation de la voie percutanée transfémorale, les complications d’accès vasculaire (CAV) demeurent le point d’ombre du TAVI. Classiquement traitées par chirurgie ouverte (CO), les CAV iliofémorales sont désormais traitées par des stents fémoraux couverts (SFC) dans un nombre croissant de centres. L’objectif de cette étude était de rapporter 8 années d’expérience de prise en charge des CAV post-TAVI avec une approche endovasculaire de première intention.

Matériel et méthodes

Entre janvier 2010 et janvier 2018, les patients ayant une CAV iliofémorale majeure après TAVI transfémoral percutané nécessitant une intervention (endovasculaire ou CO) ont été inclus. Les CAV étaient définies selon le Valve Academic Research Consortium 2. Les données démographiques, anatomiques, per- et postopératoires ont été recueillies de façon prospective dans une base informatisée RedCap®. En première intention, les CAV étaient traitées par SFC en nitinol auto-expansible Fluency® (Bard, Tempe, États-Unis). La CO était réservée aux cas d’échec ou de non-faisabilité des SFC. L’incidence et les résultats précoces des CAV étaient analysés.

Résultats

Mille et un TAVI, dont 795 TAVI transfémoraux percutanés, ont été réalisés pendant la période d’étude. Parmi 101 patients (13%) ayant eu une CAV, 76 interventions ont été réalisées chez 74 (74/795, 9%) patients : SFC (n=59) ou CO (n=17). Quarante-deux patients étaient des femmes (57%) et l’âge moyen était de 82 ± 8 ans. Les prothèses TAVI utilisées étaient Sapien® (Edwards Lifesciences, Irvine, États-Unis) et CoreValve® (Medtronic, Dublin, Irlande) chez 43 (58%) et 31 (42%) patients, respectivement. Le diamètre médian des introducteurs était 18 French (14-18). Les indications pour CAV étaient un échec du système de fermeture percutané (n=53,72%), une dissection iliofémorale (n=11,15%), une occlusion (n=7,9%), une perforation (n=2,3%) et une sténose (n=1,1%). Les stents utilisés avaient un diamètre médian de 7 mm (6-8mm) et une longueur médiane de 40 mm (40-60mm). Le succès technique du SFC était de 97% et 100% pour la CO. Deux patients du groupe SFC ont été convertis en CO. La mortalité globale à 30 jours était de 7%, dont un décès lié à une CAV. Une ischémie aigüe a été traitée par thrombectomie et aponévrotomie. Aucune amputation, claudication de novo, fracture ou occlusion de stent précoce n’a été rapportée.

Conclusions

Utilisé en première intention, le traitement endovasculaire par SFC en nitinol auto-expansible donne de très bons résultats à court terme dans la prise en charge des CAV des TAVI transfémoraux percutanés. La CO reste toutefois un traitement de recours indispensable pour une minorité de cas, essentiellement en cas d’échec ou de non-faisabilité du SFC.

Mots-clés :
Valves cardiaques, percutanées (Heart valve, percutaneous), Vasculaire (Vessel), Complications (),