Mésothéliome de l’oreillette gauche : une entité rare. Résultats chirurgicaux, radiologiques et anatomopathologiques
Communication orale
Etablissements rattachés à ce résumé :
1) Tunisie - Sousse - C.H.U. Sahloul - Service Cardiovasculaire et Thoracique
2) Tunisie - Sousse - C.H.U. Sahloul - Service de Cardiologie
3) Tunisie - Sousse - C.H.U. Sahloul - Service de Radiologie
4) Tunisie - Tunis - Institut Salah Azaiez - Service de Carcinologie
5) Tunisie - Sousse - CHU Farhat Hached - Service d'anatomie et cytologie pathologiques

Auteur principal :
Ajmi Nabil


Co-auteurs :

Mgarrech Imen1 / Besbes Tesnim1 / Jamli Marah1 (jamli.marah@gmail.com) / Mama Nadia3 (dr.nmama@gmail.com) / Chekir Hedi3 (hedichekir@gmail.com) / Boujnah Ryma4 (rymabouj@gmail.com) / Thabet Houssem2 (Houssem.thabet@gmail.com) / Ghardallou Houda2 (Hghardallou@gmail.com) / Badreddine Sriha5 () / Baccouch Atika5 () / Jerbi Sofiane1 (jerbisofiane@yahoo.fr) / Kortas Chokri Mohamed1 ()

Objectifs :

Rapporter un cas rare de mésothéliome survenant dans l’oreillette gauche. Les résultats chirurgicaux, radiologiques et pathologiques seront présentés.

Matériel et méthodes

Une femme de 45 ans a été admise au département de cardiologie pour dyspnée d’effort rapidement progressive au cours des 2 dernières semaines, de grade III selon la classification NYHA . Elle n’avait aucun antécédent d’exposition à l’amiante.

Résultats

La radiographie a montré un épanchement pleural minimal bilatéral sans cardiomégalie. L’échocardiographie a révélé une masse attachée à la paroi latérale de l’oreillette gauche recouvrant totalement la valve mitrale postérieure et engendrant une sténose mitrale serrée associée à une insuffisance tricuspide modérée sans épanchement péricardique.
L’IRM a montré une masse tissulaire infiltrant le sillon auriculoventriculaire au niveau de la valve mitrale postérieure responsable d’une sténose mitrale serrée. Cette masse, mesurée entre 2,5 et 3 cm, présentait un signal hypo-intense en T2, un signal iso-intense en T1 avec augmentation du signal tardive et partielle après l’administration de l’agent de contraste paramagnétique.
La patiente a été opérée. Une CEC a été instaurée en normothermie avec canulation bicave.
L’accès à la valve mitrale était obtenu par incision de l’oreillette droite. La tumeur était jaunâtre et polylobée, mesurant 3 cm, fixée à la valve mitrale postérieure et au sillon auriculoventriculaire. Une excision totale de la tumeur a été réalisée et l’anneau mitral a été affaibli par une excision tumorale nécessitant son renforcement par patch péricardique. Après l’excision subtotale de la valve mitrale, nous avons inséré une prothèse mécanique.
Le suivi postopératoire s’est déroulé sans encombre. La patiente a quitté l’unité de soins intensifs le deuxième jour postopératoire et l’hôpital le douzième jour. Trois mois de suivi se sont déroulés sans incident. Un scanner est prévu pour rechercher une récidive locale et une localisation secondaire. La patiente a été adressée au service d’oncologie pour un suivi.

Conclusions

Les tumeurs cardiaques sont rares. Les mésothéliomes primaires du cœur sont inhabituels. Le traitement chirurgical reste le meilleur traitement pour ce type de tumeurs. L’excision totale doit être envisagée, mais ne peut être réalisable dans tous les cas. Le diagnostic pathologique reste difficile et une chimiothérapie adjuvante par pémétrexed peut être envisagée.

Mots-clés :
Mésothéliome (Mesothelioma), Imagerie (Imaging), Pathologie (Pathology), Tumeur (Tumor),