Espace personnel

Candidatures pré-élections CNU 2018

PU de chirurgie cardiaque de province (2 postes à pourvoir)

Michel Kindo, Strasbourg

Chères collègues, chers collègues,
J’ai le plaisir de présenter ma candidature au CNU de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire en tant que représentant de la Chirurgie Cardiaque (province). Je suis actuellement PU-PH en Chirurgie Cardiaque au CHU de Strasbourg (Chef de
service : Professeur Jean-Philippe Mazzucotelli). J’ai 46 ans. Mon attachement profond aux valeurs universitaires de notre spécialité m’a conduit à cette carrière universitaire.
Accompagner nos internes et CCU-AH dans leurs formations est une préoccupation constante afin de permettre leur épanouissement professionnel. C’est pour cette raison que je suis actuellement membre du comité pédagogique de la SFCTCV.
C’est également dans cette optique que je présente ma candidature au CNU de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire. En effet, ma récente nomination au poste de PU-PH me permettra d’accompagner toutes les personnes motivées par une carrière universitaire afin de rendre ce long chemin le plus aisé possible.
Informer, orienter et préparer tout candidat au parcours universitaire incarnera ce profond attachement.
Je reste à la disposition de toute personne souhaitant plus d’informations.
Je vous remercie d’avance de l’attention portée à ma candidature.
Bien cordialement,
Michel
Professeur Michel Kindo, M.D., Ph.D.
Chirurgien CardioVasculaire
Professeur des Universités
Responsable Assistance Ventriculaire et Cœur Artificiel
Service de Chirurgie CardioVasculaire
Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

 

Roland Demaria, Montpellier

Cher Collègue,

Par la présente, j’ai l’honneur de solliciter votre soutien en vue des prochaines élections de notre CNU.
Impliqué de longue date dans l’activité académique de notre discipline ainsi que dans la gestion de notre Journal d’expression, je souhaiterais intégrer cette instance afin de participer aux futures orientations universitaires de notre spécialité, en pleine mutation.
Ayant siégé 8 ans au conseil scientifique de la Faculté de médecine de Montpellier, j’ai appris à conseiller et à accompagner les plus jeunes dans un parcours universitaire toujours plus complexe et exigeant.
L’indexation de notre Journal dans la base Medline est capitale pour son avenir. Par notre présence au CNU, nous espérons renforcer encore son contenu académique pour atteindre ce but.
Enfin, je suis aussi pleinement conscient que le CNU doit favoriser les promotions de carrière pour le plus grand nombre, méritées par leur implication dans des conditions de travail toujours plus difficiles.
Je reste bien sûr entièrement disponible pour tous ceux qui souhaiteraient discuter avec moi de cette candidature.
Bien confraternellement

Roland Demaria
CHU et Université de Montpellier

 

Jean-Philippe Verhoye, Rennes

Chers Collègues,  Chers Amis,

Permettez-moi de vous faire part de ma volonté de poursuivre la mission que vous  m’aviez confiée en décembre 2017 à l’issue du scrutin partiel du au changement de statut universitaire d’Alain Leguerrier.  Ainsi que nous pouvions l’envisager après un an, en toute logique je soumets de nouveau ma candidature, sur les postes cardiovasculaires de province avec un engagement affiché pour la valence vasculaire de notre discipline.

Comme vous le savez, nous avons été particulièrement et héontément controversés par nos collègues vasculaires sur notre capacité de pouvoir former non seulement des chirurgiens mais également des PUPH et des MCUPH susceptibles  de promouvoir la pertinence pédagogique et l’intérêt de la recherche scientifique sur cet axe. Grâce à la pugnacité et la ténacité de la Société et du Président du CNU sortant, nous avons préservé la dénomination de Cardiovasculaire qui devait nous être retirée à la demande du Président du CNU de vasculaire 5104 le Pr Hassen KHODJA  (profitant de la réforme des nouveaux DES). Aujourd’hui l’évolution de notre profession nous impose d’être solidement représenté ne serait-ce que sur les chapitres frontières de la chirurgie aortique, du TAVI et de l’ECMO. Afin de préserver notre autonomie sur le plan pédagogique j’ai pu durant ces années identifier et cartographier l’ensemble des services susceptibles de nous apporter des terrains de stage de qualité et ainsi conforter la formation et les éventuelles vocations universitaires dans ce domaine de notre discipline. En ce sens il me paraissait pertinent de représenter cette valence au sein du CNU5103. Enfin cela légitime également auprès du Conseil de l’Ordre la double valence Thoracique et Vasculaire régulièrement demandée par ceux d’entre-nous qui s’orientent vers des carrières libérales. En espérant, en fonction des résultats de ce nouveau scrutin pouvoir répondre à vos attentes.
Au plaisir de vous rencontrer.
Pr Jean-Philippe VERHOYE-ROCCHESANI,
Chef de service

 

André Vincentelli, Lille

Monsieur le Président

Je souhaite par la présente faire acte de candidature au CNU sous-section 51 .03.

La chirurgie cardiaque française traverse actuellement une période difficile de reconstruction. En effet nous devons d’une part nous adapter aux modifications de notre spécialité liées aux progrès des techniques interventionnelles qui impactent notre activité chirurgicale conventionnelle. D’autre part il est apparu nécessaire d’adapter la formation aux besoins réels de la  démographie médicale de notre spécialité. Enfin, nous constatons tous, un manque d’intérêt de la part de nos jeunes collègues pour la carrière universitaire. Le CNU se doit d’accompagner la Chirurgie Cardiaque dans ces trois « grands chantiers » et proposer de profondes transformations pour lui redonner le niveau d’excellence universitaire qu’elle mérite et c’est là toute la raison de ma candidature.

A Vincentelli

 

 

PU de chirurgie cardiaque parisien, (1 poste à pourvoir)

Pascal Leprince, Paris

Chers Collègues,

Chers Amis,

Arrivant à l’échéance de mon premier mandat de membre du CNU, je me porte à nouveau candidat pour le poste « cardiaque-parisien ».
Né en 1965 j’ai été nommé PUPH dans le service de chirurgie thoracique et cardiovasculaire du groupe hospitalier Pitié-Salpétrière en 2007. Elu membre du CNU en 2012, j’avais pu me familiariser préalablement auprès d’Iradj Gandjbakhch avec ses mission  et juger de son importance pour l’avenir de notre discipline et de chacun de ses membres. Les 6 années qui viennent de s’écouler m’ont permis d’en comprendre mieux le fonctionnement et m’ont convaincu de son importance.
Parmi les composantes de notre mission hospitalo-universitaire, le CNU s’occupe plus particulièrement de l’enseignement et de la recherche. Toutefois, ces 2 composantes sont étroitement dépendantes de l’activité clinique et  la recherche clinique est un élément essentiel de notre visibilité et fait notre force vis-à-vis de l’université et de la communauté internationale mais aussi de l’hôpital. Comme beaucoup le savent, je suis attaché à ces 3 composantes et j’ai régulièrement essayé que ce soit au sein du collège, de la SFCTCV, dans les commissions notamment en tant que coordonnateur du DES pour l’Ile de France, de promouvoir ces 3 activités. De plus, toutes ces activités sont étroitement liées aux innovations qui enrichissent notre spécialité, constituent un point essentiel de la formation des plus jeunes et pour lesquelles j’ai toujours défendu la position et le positionnement  de notre spécialité.
Je souhaite donc pouvoir continuer à mettre l’expérience acquise à la disposition de notre spécialité et à encourager et défendre les dossiers de nos jeunes collègues.
En espérant que votre soutient me donnera l’opportunité de travailler à l’avenir de notre spécialité, je vous prie de croire en l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Pascal Leprince

 

Olivier Raisky, Paris

Chers collègues 

Le renouvellement d’une partie des membres du CNU, me donne aujourd’hui la possibilité de présenter ma candidature à cette élection universitaire. 

Produit de la « formation chirurgicale provinciale », à Dijon puis à Lyon, j’exerce maintenant à l’Hôpital Necker Enfants Malades-Paris depuis 12 ans, dans le Service de Chirurgie Cardiaque Pédiatrique que je dirige depuis presque deux années. Cette sous spécialité de la chirurgie cardiaque, présente un certain nombre de spécificités, en terme de démographie, avec l’émergence d’un micro « marché » européen voire mondial, mais aussi en terme de formation des chirurgiens pédiatriques. Pendant de trop nombreuses années, sciemment ou inconsciemment, nous avons confondu en matière de chirurgie cardiaque congénitale, diplômes et compétences, conduisant parfois à la mise en situation critique et dangereuse, de jeunes chirurgiens à la formation incomplète et inappropriée. Cette sous spécialité doit donc faire l’objet aujourd’hui d’une refonte en profondeur de sa maquette de formation post internat afin de garantir une formation en adéquation avec les objectifs qualitatifs finaux. Une première étape a été franchie par la création d’un DIU puis d’un DESIU de Chirurgie des Cardiopathies Congénitales que je coordonne depuis quelques années maintenant et qui permet d’assurer une formation théorique de base aux praticiens en devenir. Il reste à faire évoluer la formation pratique post internat (et souvent post CCA) pour qu’elle devienne normative, autant qu’incitative, de manière à offrir à ces chirurgiens en devenir, une exposition la plus complète possible aux pathologies congénitales complexes. Si je me base sur le nombre de formations complémentaires sollicités chaque année auprès de Necker par des candidats français ou européens, la demande est bien réelle et forte, et la prise de conscience, par cette nouvelle génération, totale. À nous de mieux structurer l’apprentissage de la chirurgie cardiaque pédiatrique, mais aussi congénitale adulte, en proposant un parcours construit et approprié à chacun de nos jeunes collègues, par exemple en proposant une rotation nationale et planifiée au cours de leur formation mais aussi en imposant un parcours en chirurgie cardiaque adulte pour les futurs « sur ou sous » spécialistes en congénital. Cela ne peut se faire qu’en harmonie et en cohésion avec les enseignants formateurs en chirurgie cardiaque adulte, et illustre s’il en était nécessaire, l’intime intrication des différentes filières. 

Certains ne manqueront pas de noter que ce type de fonctionnement existe déjà, rendons le systématique, non par obligation mais par intérêt pour les candidats. 

La formation passe aussi aujourd’hui par l’emploi des nouvelles technologies dont les aspirants chirurgiens sont si friands. Il est indispensable que la pédiatrie implémente enfin les plateformes françaises d’e-learning existantes, en particulier par la mise à disposition de vidéos didactiques des techniques chirurgicales mais aussi du support pédagogique qui s’y attache. 

Enfin, la notion de diplôme « totipotent et définitif», laissant penser à une maitrise totale d’emblée acquise, doit partiellement s’effacer au profit de la qualifications du chirurgien par procédure, par pathologies, imitant ainsi ce qui existe depuis 60 ans dans l’aviation et même à la SNCF, où on est qualifié sur un modèle d’avion ou une machine, et pour une ligne définie. Cela permettrait une approche qualitative de la chirurgie cardiaque congénitale nationale plutôt que l’arbitraire du quantitatif, source de nombreuses irritations au sein de notre micro-communauté pédiatrique ces dernières années. 

Ces différents projets pédiatriques ne peuvent s’intégrer que dans une vision globale de la chirurgie cardio-thoracique, en respect des actions et programmes en cours, et naturellement en partenariat avec le collège de chirurgie et la SFCTCV.  La légitimité de cette candidature est uniquement représentée par ma connaissance extensive de cette sous spécialité, peu représentée au sein du CNU, puisque actuellement, aucun acteur de la chirurgie cardiaque pédiatrique n’y est élu. 

Merci de l’attention que vous porterez à cette candidature. 

Bien cordialement

Olivier Raisky 

 

 

 

PU de chirurgie thoracique de province (1 poste à pourvoir)

Pascal Alexandre Thomas, Marseille

Cher(e)s Collègues,
Cher(e)s Ami(e)s,

Je soumets à nouveau à vos suffrages ma candidature aux élections de la sous-section 5103 du CNU – Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire (Chirurgie Thoracique-Région).

Mon parcours témoigne d’un engagement constant auprès de notre communauté. PUPH
nommé en 1998 à l’Université d’Aix-Marseille, vous m’avez élu puis réélu depuis 2006 au conseil d’administration de la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire dont j’assure la présidence depuis 2016.
Sur le plan académique, j’appartiens à l’unité d’Oncologie Prédictive du Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (Inserm UMR1068, CNRS UMR7258), et suis l’auteur ou le co- auteur de plus de 300 publications indexées, principalement sur les thématiques de l’oncologie thoracique, des pathologies oesophagiennes et de la transplantation pulmonaire.
J’ai reçu en 2013-2017 la prime d’excellence scientifique (actuelle PEDR) en raison de mes activités d’encadrement doctoral.
Au cours de ce mandat au CNU 5103, j’ai pu mesurer toute l’importance d’identifier, aider et promouvoir les enseignants/chercheurs de demain, à une période troublée qui aura vu l’attractivité de notre discipline sérieusement remise en cause.
L’action conjointe du Conseil d’Administration de la SFCTCV au cours des 3 dernières années a considérablement renforcé la stratégie du « guichet unique » qui caractérise notre communauté. Cette stratégie nous a permis, entre autres, d’assurer la cohérence des actions menées en termes de démographie, de formation initiale et continue, et de développement professionnel. Bien que le CNU n’ait été impliqué qu’avec retard par les tutelles dans la mise en œuvre de la réforme du 3ème cycle des études médicales, son rôle s’est vite affirmé comme essentiel et complémentaire de celui du Collège. L’application de cette réforme ne fait que commencer et beaucoup de défis nous attendent. La qualité des recrutements des enseignants/chercheurs est une fois encore l’une des clés de la réussite. Il nous faut veiller attentivement aux jeunes générations engagées dans la carrière hospitalo-universitaire, dont la construction d’un cursus scientifique et pédagogique de qualité est exigeante et difficile, d’autant qu’elle doit se faire en équilibre avec une expertise clinique qui en est le préalable. Cette exigence est particulièrement importante pour notre discipline dont le métier change très rapidement au grès des évolutions technologiques, des interfaces parfois rugueuses avec des disciplines médico-chirurgicales proches, et de la réorganisation des parcours de soins. Il s’y
ajoute une quatrième dimension, jusque là peu évaluée : celle des capacités managériales attendues de celles et ceux amenés à exercer à terme les fonctions de chef d’équipe.
Je souhaite donc pouvoir poursuivre mon expérience au sein de cette instance dont l’importance est majeure et synergique de celles de la SFCTCV et du Collège, au moment même où le contexte national hospitalo-universitaire devrait être profondément réformé.
Je vous remercie de votre soutien.

Bien cordialement
Pr Pascal-Alexandre Thomas

 

MCU de chirurgie thoracique (1 poste à pourvoir)

Agathe Seguin Givelet, Paris

Chers collègues,

Je me porte candidate en tant que MCU-PH dans le cadre du renouvellement des membres Conseil national des universités pour la sous-section « Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire »

Nommée MCU-PH de la Faculté Paris 13, Université Sorbonne Paris Cité depuis 2012, j’exerce actuellement une activité de chirurgie thoracique à l’Institut du Thorax Curie-Montsouris (Paris),  avec une activité de soins principalement centrée sur les pathologies thoraciques carcinologiques où sont réalisées plus de 400 exérèses pulmonaires majeures pour cancer par an.

Je participe à des fonctions d’enseignement au sein du service qui accueille deux internes mais également comme centre expert pour le VATS-tour organisé par notre Société ou encore auprès de l’IRCAD. Nous organisons également des réunions d’expert comme la dernière conférence internationale sur les résections sous lobaires qui a eu lieu à l’Institut Mutualiste Montsouris en janvier 2018.

Enfin, investie initialement dans une activité de recherche au Laboratoire de Recherches Biochirurgicales de l’HEGP (Paris), je poursuis également cette activité de recherche clinique et fondamentale en lien avec l’UMR 1138 INSERM de Paris Descartes et les laboratoires d’immunothérapie translationnelle INSERM U932 et d’immunité et cancer INSERM U932 de l’Institut Curie.

Face à une situation démographique difficile pour notre spécialité, au vu des mutations dans la formation des plus jeunes concernés par la réforme en cours de l’internat, je souhaite ainsi participer aux différents travaux du conseil des Universités.
J’espère que ma candidature retiendra votre attention, et vous adresse mes salutations respectueuses

Dr Agathe Seguin-Givelet
Chirurgien et Maitre de Conférences des Universités – Paris 13
Département Thoracique
Institut du Thorax Curie-Montsouris

 

Delphine Trousse, Marseille

Madame, Monsieur,

Je  présente ma candidature en tant que membre   MCU PH dans la sous-section  5103 du CNU cardio vasculaire et thoracique.
Je souhaite ainsi pouvoir poursuivre une action dans la nomination des futurs jeunes enseignants chirurgiens chercheurs de notre discipline et accompagner les changements de mode d’enseignement délivré au plus jeunes que sont nos internes avec réflexion sur la formation de nos futurs jeunes chirurgiens cardiaques thoraciques et vasculaires.
Il s’agit également de participer aux réunions faisant état  du choix  avec partialité  des avancements de classe et d’obtention des PEDR  pour chaque candidat afin que soit encouragé les meilleurs dossiers  et la poursuite de travaux de recherche dans notre spécialité.
J’espère par cette candidature pouvoir poursuivre cet engagement et représenter le corps des membres MCU PH de notre spécialité.
En vous remerciant de l’attention que vous porterez à cette candidature,
Bien respectueusement

Dr Delphine TROUSSE
MCU PH Chirurgie Thoracique et des maladies de l’oesophage
Hôpital NORD
CHU Marseille
Membre actuel du CNU Sous-Section 51 03  (fin de mandat)

 

 

 

 

MCU de chirurgie cardiaque parisien (1 poste à pourvoir)

Guillaume Lebreton, Paris

Chers Collègues,
Chers Amis,
Dans le cadre du renouvellement de la sous-section CNU 51-03, je me porte candidat pour le poste vacant de MCU. Cette candidature s’inscrit dans la continuité de mon engagement au sein de la commission pédagogique de la SFCTCV.
MCU-PH depuis 2014 dans le Service de Chirurgie Cardiaque du Professeur LEPRINCE à La Pitié – Salpêtrière, je m’investis régulièrement dans les enseignements du collège de notre spécialité et dans la vie de notre société.
Je coordonne par ailleurs plusieurs diplômes universitaires à Sorbonne Université (DU de Chirurgie Valvulaire, DU d’Assistance Circulatoire, DU d’ECMO), et participe à plusieurs projets de recherche nationaux dans notre spécialité.
Dans l’espoir que vous m’accordiez votre confiance pour vous représenter au sein de la sous-section 51-03,
Bien amicalement.
Docteur Guillaume LEBRETON

Newsletter