Espace personnel

BOOT CAMP Prérequis Relation de soin

Présentation des intervenants : 

La simulation

Cadre de la simulation : assurer une sécurité psychologique avec un cadre bienveillant permettant à tous les participants de s’exprimer sans crainte.  

L’utilisation de la simulation a pour intérêt la mise en pratique de situations au plus près du réel avec l’importance du débriefing. La simulation permet d’améliorer les compétences et connaissances du soignant pour améliorer la qualité du soin : 

La relation de soins

La relation entre patient et médecin va au-delà des actes techniques et soins physiques. Il y a les échanges verbaux mais aussi non-verbaux qui sont une composante relationnelle subjective. Cela influence la qualité de la prise en charge.  

Les enjeux relationnels sont multiples :  

Actuellement, la relation thérapeutique est davantage horizontale permettant la décision partagée avec le patient. Le médecin doit dont rechercher les préférences du patient en l’informant des différentes possibilités selon la gravité de la situation.  

La communication des informations doit donc être adaptée, compréhensible. Pour cela, le soignant peut, par exemple, utiliser la reformulation. Il y a aussi la possibilité de reprendre l’ensemble des informations dans un second temps lors d’un deuxième rendez-vous. En effet, il y a une différence entre la temporalité psychique et la temporalité médicale.  

La qualité de la communication a une incidence sur la satisfaction du patient et donc sur l’alliance thérapeutique. Le médecin, le soignant doit être à l’écoute. Sa manière d’informer déterminera l’acceptation du diagnostic / des recommandations. De plus, il est important de répondre aux différentes inquiétudes des patients.  

Exploration de la maladie ainsi que du vécu, de l’expérience de la maladie par le patient

Lors de l’entretien : 

  1. Se présenter 
  1. Identifier les personnes : 
    * Si accompagnants : demander l’autorisation au patient s’ils peuvent rester 
  1. Reprendre la prise en charge/ l’historique de la prise en charge :  
    * Contextualiser : savoir où en est le patient 
  1. Explication :  
    * Donner l’information : éviter la banalisation (%, « c’est classique »…) : importance de la subjectivation du patient.   
    * Si opération/traitement : expliquer la démarche à suivre ; la planification  
    >> Favoriser les décisions partagées pour discuter du plan d’action  

Il est essentiel de prêter attention au langage verbal et non verbal (celui du patient mais aussi le vôtre), c’est le patient qui guide la communication.

Le langage verbal

–> Ecoute active :  

* Préciser le message de l’interlocuteur :  
>> Exemple : « Si j’ai bien compris vous… » 

* Ne pas négliger les silences : 
>> Permet de donner un temps de réflexion aux patients  
>> Intégration de l’information par le patient  

–> Le langage non-verbal : 

* Chez le patient  – par exemple :  
>> Contact visuel (absent, présent ?) 
>> Agitation ?  
>> Tension corporelle ? 

* Chez le professionnel : par exemple :  
>> Proximité/distance avec le patient  
>> Contact visuel  
>> Position sur la chaise 

  1. Faire face aux émotions  

–> Montrer au patient/aux proches que vous êtes sensible à ses/leurs émotions = être attentif à ce que le patient dit et à comment il le dit.  
–> Indiquer qu’il est acceptable/compréhensible que le patient se sente ainsi aux vues de la situation (sauf en cas de débordement ou manque de respect). 
–> Faire comprendre que vous êtes disponible (avec l’équipe) pour un autre rendez-vous, pour répondre aux questions etc…  

  1. Clore un entretien  

–> Faire la synthèse
–> Faire le point sur les prochaines étapes 
–> Le patient a-t-il des questions  
–> Si ce sont des proches, souhaitent-ils voir le patient hospitalisé ?  
–> Si annonce grave à faire à d’autres personnes (enfants absents etc…), ressentent-ils le besoin que les soignants le fassent, les accompagnent ?  

Références :
Baker-Rush, M. L., Pabst, A., Aitchison, R., Anzur, T., & Paschal, N. (2021). Fear in Interprofessional Simulation : The role of psychology and behaviorism in student participation and learning. Journal of Interprofessional Education & Practice, 24, 100432. https://doi.org/10.1016/j.xjep.2021.100432 Bourgeois, G. (2017). La formation des étudiants en médecine à la psychologie médicale : Une expérience nancéienne utilisant la simulation (p. Non renseigné) [Other, Université de Lorraine]. https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01932317 Canada, C. S., & Inc, A. C. G. (2001). Outils de communication II : La communication efficace– à votre service. Santé Canada. Deluche, E., Salle, H., Leobon, S., Facchini-Joguet, T., Fourcade, L., & Taibi, A. (2023). ACACIAS 1 : Impacts physiologiques et subjectifs de la simulation haute-fidélité lors de l’annonce de mauvaises nouvelles. Journal de Chirurgie Viscérale. https://doi.org/10.1016/j.jchirv.2023.01.011

Pour tout renseignement complémentaire, adressez nous un mail à : assistant@sfctcv.org

(Date de dernière mise à jour : le 28/05/2024)

Newsletter